Artistes
Retour
BRUNAUD Jean Philippe



Biographie

Né en 1972 à Versailles, Jean-Philippe Brunaud met en scène des mutations – c’est ainsi qu’il a désigné l’essentiel de sa production des années – qui transgressent les lois habituelles de la génétique et de la biologie, pour hybrider humains et végétaux en des êtres nouveaux, en perpétuelle évolution, mais figés dans l’instantané de la « prise de vue » plastique, quelque part entre le règne animal et le végétal.

Ces mutations se déploient au sein d’une peinture, mais aussi d’une œuvre à l’autre dans la même série. Ce qui est donné à voir, c’est une lente appropriation d’un hôte humain par le végétal, par des excroissances, parfois agressives, qui surgissent d’un corps, s’y intègrent et s’en emparent lentement, pour le remodeler et le modifier.
Dans cette bataille inédite, c’est toujours le végétal qui l’emporte, le corps, victime possédée, pouvant être, selon les œuvres, consentant ou résistant. Peu importe, on voit bien que la lutte est par trop inégale, que l’humain se fondra dans le végétal, en une régression inéluctable, allant à rebours des conceptions darwiniennes, mais bien à l’image de notre lot d’enveloppe périssable. Avant de redevenir poussière, notre corps ne nourrira-t-il pas micro-organismes et champignons, nos cousins de la famille Eucaryote.

Réflexion sur notre devenir ?
Que l’on ne se trompe pas, cependant. Il n’y a rien de morbide ni de triste dans la peinture de Jean-Philippe Brunaud. Bien au contraire.
Les couleurs sont vives et chaudes, la facture propre, les figures saines et belles.